DSC_0060Début du XIX siécle . L'introduction du Moustique à la Réunion marque la fin d'une Île à la réputation "saine" En quelques  années , la maladie prend un caractère endémique sur toute le littorale . Un bilan éffectué en 1899 comptabilise 1761 victimes . La même année , la peste importée de Île Maurice fait ses premiers morts à la Réunion .

En 1901 , le paludisme est responsable de 24,3% des décés à St-Denis .Les plus aisés tentent de se réfugier dans les hauts pour échapper au parasite mais une propagation est déja raportée jusquà 1 100m d'altitude tout le pays est gagné au début du ciécle .De la fièvre à la mort en passant par un grossissement de la rate , la description des syntôpmes fait froid lour dans le dos.

En 1914 , un service de prophylaxis et de désinfection est crée . Destruction des moustiques dans les habitations et dans les espaces publics , mais par l'éffet combiné de la misère - autrement dit , la malnutrition et de la maladie , ne peut endiguer l'hécatombe .

En 1926 , le Dr. Arlo , chef du service santé , lance une campagne d'imformation , affiches couvrant les murs , sensibilisation de la population aux moeurs de l'anophèle et aux manières de se prémunir de leurs piqûre . L'éffet sur lépidémie est immédiat mais on ne parvient pas encore à se débarrasser du parasite . Les taux de mortalité chute à 30 pour 1000 . Avant la guerre , les services de santé font quelques éssais de destruction de moustiques en versant du pétrole dans les mares . Ce qui n'empêche pas la femelle moutique de pondre ailleurs .

Début 1947 , le D.D.T (dichloro diphényl - trichloréthane ) fait son apparition à la Réunion . On retrouve même dans la presse des publicités pour cet insecticide , commercialisé sous le non de Néocide .

En novembre  , le préfét PAUL DEMANGE annonce enfin une vaste campagne de lutte contre le paludisme . Et d'emportantes commandes de poudres D.D.T . Mais ce n'est qu'à partire de 1949 que les campagnes de lutte intensive seront réelement mises en oeuvre sur toute la zone littorale et les premières pentes de l'Île . El les reposent sur trois modes d'action : lutte contre les moustiques adultes par pulvérisations de D.D.T dans les habitations pendant la saison des pluis , une lutte contre les larves menée à l'aide de D.D.T mélangé à du pétrole qui porte le non de ( NEOCIDE SPRAYER ) en zone urbaine , dans les ravines et rivières .

Entre 1950 et 1951 200 000 litres de D.D.T  SPRAYER sont déversés dans des maisons situées sur le littoral . Des résultats tres spéctaculaires sont obtenus des 1953 . La lutte antilarvaire sera renforcée au détriment des pulvérisations de D.D.T qui seront progréssivement abandonnées .

Le 20 mars 1979 , le comité d'experts de l'organisation mondiale de la santé (OMS) décernera le label d'éradication du paludisme à la Réunion .

Même si son uttilisation est aujourd'hui contestée , c'est bien gràce au D.D.T que la Réunion a pu se débarrasser du paludisme .

PS : Il n'est pas exclu qu'une  endémie paludisme refasse surface à la Réunion , notamment parce que le moustique vecteur , l'anophèle est largement présent dans l'Île .